« Au commencement, fut le Mot. »

Difficile de commencer son blog. On ne sait pas vraiment par où débuter, comment rendre la présentation agréable à lire, et comment la différencier des autres. Les doigts posés sur le clavier sont hésitants, les mots s’enchaînent les uns à côté des autres et la personne derrière le clavier essaie de trouver de jolies consonances aux phrases qui s’enchaînent. Elle efface, réécris, retourne ses tournures de mots afin de trouver la jolie phrase. Elle a toujours pensé que le langage français est très beau, elle est fière de l’utiliser et elle pense que les mots ont un réel pouvoir d’argumentaire, de théâtralisation et de poésie. C’est pourquoi elle essaie toujours de les utiliser au mieux dans toutes les sortes de documents où on doit les aligner.

Pour en revenir à cette présentation, eh bien, que dire sur moi ? Je pense que, si j’ai le courage de continuer dans la durée ce blog, ce qui n’est pas une chose sûre ; je risque de ne plus savoir quoi raconter à la longue ou tout simplement de me lasser et de ne plus l’actualiser par la suite. [Je parle déjà de « The end » là, alors que nous sommes au commencement, donc je reprends.] Si ce blog perdure au fil du temps, mes goûts musicaux, cinématographique, en livres et tout ce qui peut toucher au monde et à l’actualité, ce qui me marque en général apparaîtra ici… Mes goûts transparaîtront à travers mes posts. C’est pourquoi, pour débuter la présentation, je les exclus, mais ils ne sauront tarder de reprendre le devant par la suite.

Qui suis-je ? That’s an interesting question, isn’t it ? ^^

Et voilà tout l’égo de la bloggueuse qui transparaît, les bloggueurs ne sont-ils pas à l’origine un rien égocentrique pour s’attribuer une petite place sur le net, exhiber leurs vies, leurs goûts, leurs amis, leurs familles et autres à plusieurs paires de yeux, amis et/ou curieux ou complètement étrangers à eux ? Voilà pourquoi l’anti-bloggueuse que j’étais s’était dit qu’elle ne ferait jamais de blog, mais comme dit l’adage « Ne dis jamais, jamais ».

Le phénomène blog en est bel et bien devenu un, et dans mon entourage, tout le monde s’y est mis progressivement. J’ai d’abord regardé les blogs avec curiosité et un peu de sarcasme aussi, à penser « quels égocentriques !». Et puis, j’ai beaucoup rigolé en voyant ces fameux blogs d’adolescents, avec des bloggeurs ne postant que des photos d’eux et en suppliant les visiteurs, même anonymes de ‘lâcher des comm’s’. Néanmoins, en même temps que naissaient les blogs ‘bidons’, sont apparus des blogs très pro’, avec de belles bannières, une présentation sobre et jolie, le tout donnant envie de s’arrêter et de lire quelques posts pour voir un peu si le fond est aussi beau que la forme. Arrivée là, certains blogs se sont révélés vraiment plaisant à lire, avec un langage fluide, pas de langage sms, et des idées intéressantes sur un peu de tout, ça dépend des blogs et des centres d’intérêt du bloggeur. Il y en  a même certains dans lesquels les bloggeurs font des posts sur leurs amis, mais ils sont tellement bien écrit qu’on se dit qu’on aimerait aussi qu’on en écrive de tels pour nous. Naturellement, j’ai eu tendance à revenir sur ces blogs. Et puis, à force d’entendre parler des blogs ici et là, de voir l’adresse des blogs des gens dans leurs sous-pseudos Msn et d’aller en voir régulièrement, j’ai commencé à me dire : « Et pourquoi pas ? ». Ensuite, l’idée d’en ouvrir un a commencé à faire son bout de chemin dans ma tête, je me disais « Why not me ? », puis en la rejetant et en me disant : « Mais non, les blogs, c’est pas fait pour toi. » Et le balancement du pour et du contre a valsé tantôt en faveur de l’un, tantôt en faveur de l’autre. Jusqu’à aujourd’hui.

Par contre, il faut savoir que l’écriture ne démarre pas aujourd’hui sur ce blog pour ma part. J’ai toujours tenu un journal plus ou moins régulièrement depuis que j’ai neuf, dix ans. Aujourd’hui, j’ai rempli six ou sept carnets d’écriture personnelle. Parfois, ça me prend de relire certains passages, j’aime voir comment le style a progressé et relire ce que j’ai écris à une certaine période donnée sur tel évènement donné, avec le recul. Parfois, je me paie même de bonnes tranches de rigolade, ou je suis un peu nostalgique voire mélancolique face à certains évènements qui me sont arrivés plus jeune. Je ne remplace pas mon journal par ce blog, loin de là. Seulement, j’aime bien la présentation stylisée du blog, contrairement à celle brouillon de mon journal, même si c’est peut-être précisément ce qui lui donne son charme. J’ai aussi parfois du mal à relire certains passages. Puis, ayant découvert les joies de l’informatique et après avoir passé je ne sais combien d’heures connectées et à tchatcher joyeusement about all and nothing sur Msn, mes doigts se sont progressivement habitués au clavier et sont devenus fort agiles, aujourd’hui je tape presque à la vitesse de ma pensée (bon, j’exagère là), alors que quand j’écris sur mon journal six à sept pages de suite (un nombre très courant), ça me prend une bonne petite heure et quelques et ça fatigue beaucoup plus ma main droite. Voilà pour l’explication de ce blog.

Je n’en suis toujours pas venue à me présenter, à dire qui est la bloggueuse qui écrit autant pour un post de présentation derrière son écran. C’est la première fois que je vais me présenter à la toile du net, et c’est vrai que du coup, je ne sais pas trop quoi dire. De savoir que des inconnus passeront ici après avoir vu mon adresse blog sur des forums ou autres, c’est difficile à imaginer. Et d’imaginer que des gens que je ne connais pas ou peu seront arrivés à la lecture jusqu’ici, c’est encore plus inconcevable ; des amis, des potes ou des membres de la famille, je comprendrais, mais pour le reste. Voilà pourquoi la bloggueuse réfléchit à ses mots.

Pour commencer, eh bien, je m’appelle Nathalie, mais on m’appelle souvent Nath ou Nathy. Comment me caractériser ? Je suis une fille de 18ans, d’ailleurs, ça me fait bizarre de l’écrire, je ne me rends pas compte d’avoir déjà cet âge, en l’écrivant, ça devient plus vrai, le temps passe vraiment vite, j’ai souvent l’impression de m’être arrêtée à 16ans. Je suis une fille sérieuse et intéressée par beaucoup de choses, appliquée dans ce qu’elle fait (enfin, oui quand ça m’intéresse, sinon, j’essaie de faire des efforts), j’essaie constamment d’être ouverte d’esprit, et suis toujours ouverte au débat et à la réflexion, j’aime apprendre. Depuis peu, j’ai un côté perfectionniste qui vient par moment, avec le sentiment que je devrais pouvoir faire mieux que ce que je fais. Je peux être tête en l’air par moment, mais c’est vraiment involontaire, disons surtout que je pense tout le temps à plusieurs choses en même temps, ce qui fait que quand on me parle, il m’arrive d’écouter à moitié et du coup, d’oublier ce qu’on m’a dit, et je m’en excuse pour tous ceux avec qui c’est déjà (souvent) arrivé. Je suis aussi lunatique, il m’arrive d’être de super humeur et d’un coup, boum, je suis d’humeur grognonne, ce n’est pas terrible, mais c’est une partie de ma personnalité, je dois faire avec. Sinon, j’ai un côté moralisateur et un côté maternel qui peuvent être tous deux enquiquinants, j’ai tendance à rappeler les gens à l’ordre et à rappeler tout ce qui ne va pas sur cette Terre, ce qui peut être franchement déprimant et rébarbatif. Après, le côté maternel, je ne fais pas exprès non plus, mais j’ai toujours tendance à veiller sur les plus jeunes et aussi ceux de mon âge. Par contre, il est vrai que je veille sur mes amis, malgré mon côté tête en l’air, c’est quelque chose auquel je suis très attentive, quand je sens que ça ne va pas et qu’il y a un problème, je n’hésite pas à prendre la personne à part ou à lui parler quand on sera à deux pour essayer de voir ce qui ne va pas, à conseiller et à épauler. Je suis aussi une fille très (trop) sentimentale, du genre à s’attacher très vite à telle personne et ça, et à y repenser souvent [mais chut !]. J’essaie aussi depuis peu de développer mon esprit critique face aux choses et à avoir mon avis personnel sur les choses et les gens, mais ce n’est pas toujours évident, surtout quand on parle d’actualité, de ce qui ce passe dans le monde ou en parlant de politique.

Parfois, je me trouve éloignée des préoccupations actuelles des jeunes de mon âge, le sentiment qu’il y a un décalage. Je pense être quelqu’un un minimum engagée, je n’ai pas encore fait de choses concrètes mais je parle beaucoup des problèmes qu’il y a et les moyens d’agir autour de moi. Je suis effarée par toutes les horreurs et les injustices qu’il y a sur cette planète, il m’arrive souvent d’avoir envie de taper du poing et d’avoir un horrible sentiment d’impuissance avec tout ce qui se passe et face auquel je me sens vraiment impuissante. J’ai aussi beaucoup de rêves en tête, pour l’humanité premièrement, et plus personnellement, c’est ce voyage autour du monde que je rêve d’entreprendre plus tard, dans la trentaine ou la quarantaine.

Pour finir, une petite explication du nom donné à mon blog, « Colors of My Wind ». En fait, c’est assez simple. Vous verrez par la suite, si vous ne le savez pas encore, que je suis une passionnée de l’animation cinématographique et plus particulièrement par les dessins animés Disney. Pocahontas, une légende indienne est mon DA préféré et un de mes films préférés, toutes catégories confondues (je développerais une critique dessus dans un prochain post). « Colors of the Wind » est la chanson phare du DA et elle est tellement belle et remplie de messages que j’ai voulu reprendre le titre de la chanson pour mon blog.  Je tiens d'ailleurs à remercier Keiko-san du forum My Jpop World pour la jolie bannière qu'elle a gentiment accepté de me faire, et aussi pour la patience qu'elle a eu étant donné ma demande précise et mon perfectionnisme.

Eh bien, je crois en avoir déjà trop dit. Si vous voulez par la suite et dès maintenant même, réagir à certains posts que je vais écrire, ou corriger des informations erronées que je détiens et que je vais écrire, n’hésitez pas, votre avis est le bienvenu.

A un prochain post,

Nathalie.