12 mai 2007

15/ « Tours et détours de la vilaine fille » Mario Vargas Llosa

13111516_pPrésentation d’une partie écrite par l’éditeur, sur la quatrième de couverture du roman :

Que de tours et de malices chez cette " vilaine fille ", toujours et tant aimée par son ami Ricardo, le " bon garçon ". Ils se rencontrent pour la première fois au début des années cinquante, en pleine adolescence, dans l'un des quartiers les plus huppés de Lima, Miraflores. Joyeux, inconscients, ils font partie d'une jeunesse dorée qui se passionne pour les rythmes du mambo et ne connaît d'autre souci que les chagrins d'amour. Rien ne laissait alors deviner que celle qu'on appelait à Miraflores " la petite Chilienne " allait devenir, quelques années plus tard, une farouche guérillera dans la Cuba de Castro, puis l'épouse d'un diplomate dans le Paris des existentialistes, ou encore une richissime aristocrate dans le swinging London. D'une époque, d'un pays à l'autre, Ricardo la suit et la poursuit, comme le plus obscur objet de son désir. Et chaque fois, il ne la retrouve que pour la perdre. Et, bien entendu, ne la perd que pour mieux la rechercher.

Voici un livre que j’ai dévoré à toute vitesse^^. Mario Vargas Llosa a un style très fluide, toujours abordable, parfois crû mais sans être vulgaire, et nous a crée deux personnages particuliers en étant peu avide en détails. Sa plume s’envole et il a sûrement pris plaisir à écrire son roman du début à la fin. C’est léger, quoique pleins de détails sur les gens. Une magnifique histoire d’amour !

La « vilaine fille » est une anti-héros, mais quelle classe ! Tout en pestant contre le « bon garçon » (surnom donné par la vilaine fille au héros) de ne pouvoir se libérer de son obsession, je comprends pourquoi il s’entête à la suivre et à la chercher et continue inlassablement de l’aimer. Voilà une héroïne piquante, pimpante, sachant saisir les ocassions et à la répartie facile. Elle naît dans un milieu social très modeste et est une opportuniste prête à tout pour accéder à la haute société, à ne plus manquer d’argent et n’hésite pas à briser bien des cœurs quand elle trouve un meilleur « chaperon ». Elle prend aussi pas mal de claques, car on ne peut pas se comporter de façon aussi opportuniste sans qu’à un moment donné, ça nous retombe dessus. Ricardo, lui, est un rêveur dont le seul objectif a toujours été de quitter le Pérou pour vivre à Paris, et se voit sans cesse reprocher par la ‘nina mala’ son manque d’ambition. Malgré tout, ces deux là s’aiment, se perdent et se retrouvent, même si pour Ricardo, la « vilaine fille » est un peu sa maladie, il l’aime, malgré toutes les crasses qu’elle lui fait. Et finalement, je me suis attachée à cette héroïne, forte en apparence, mais beaucoup moins à l’intérieur, avec ses coups bas mais aussi son bon fond qui surgit quand on n’y pense pas, beaucoup moins désintéressée par le héros qu’elle ne le semble. Car elle sait qu’il est toujours là pour elle et que c’est le seul qui s’intéresse réellement à elle, et qu’importe ce qu’elle fera.

Le livre nous fait aussi voyager dans l’espace et dans le temps. On passe des années cinquante aux années 90 et on suit un peu de l’histoire du monde ; on voyage également d’un pays à l’autre, partant du Pérou, de la France à l’Angleterre au Japon… Les personnages vieillissent et mûrissent, changent de caractère avec le temps et les expériences qu’ils vivent.

Je remercie la fraîcheur du livre de monsieur Vargas Llosa et la simplicité de son roman. Qu'on soit amateur de romans d'amour ou pas, on sera touché par cette histoire. A lire ! =)

Posté par A Cloudy Dreamer à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 15/ « Tours et détours de la vilaine fille » Mario Vargas Llosa

Nouveau commentaire